L’empire de Taramanda, son histoire, ses divinités

Dans le cycle de Taramanda, l’île  d’Atlantide a conquis sa suprématie sur les autres peuples après la guerre qui l’a opposée à Cachemire, cite rivale du vaste continent, durant tout le moyen-âge.

Cachemire, les autres régions du continent, la fertile île d’Hécate et les îles du Sud deviennent vassales de la puissante cité atlante. Beaucoup adoptent sa religion : le culte de Némésis.

La religion officielle d’Atlantide

Némésis est la Grande Déesse, considérée comme unique par la religion atlante. Selon les anciennes écritures, Némésis, après avoir créé l’espèce humaine, s’est faite femme pour vivre au côté des habitants d’Atlantide, peuple élu et bienheureux. Elle puisait dans la Coupe Inépuisable pour leur apporter nourriture et satisfaction, quand une de ses disciples humaines, Hécate, s’empara de la coupe et en fit si mauvais usage qu’elle poussa les hommes à commettre le pêche originel. Némésis bannit Hécate qui se réfugia sur une île à laquelle elle donna son nom. Quant à la grande déesse, elle se retira définitivement dans les cieux avec la Coupe Inépuisable.

Pour les adeptes de la religion officielle de l’empire atlante, l’être humain masculin a commis le péché originel sous l’influence d’Hécate ; le sexe fort est donc le sexe féminin. Seules les femmes sont sensées posséder intelligence et vertus morales. Les hommes n’ont pas accès à l’éducation.

La religion d’Hécate

Sur l’île d’Hécate, territoire fertile et puissant, est révérée depuis la nuit des temps la déesse éponyme, divinité lunaire, disciple de Némésis. Cette croyance reprend une partie du mythe narré par la religion officielle atlante mais en diffère dans son interprétation.

Hécate, élue par Némésis, a été autorisée à regarder dans la Coupe Inépuisable, accédant ainsi à la Connaissance, refusée jusque-là aux êtres humains. Mais Hécate refuse de garder pour elle seule le secret et le transmet à tous ceux qu’elle rencontre. Elle est celle qui partage et qui se dresse contre la tyrannie. Némésis, découvrant la rébellion de sa disciple, bannit Hécate d’Atlantide et, pour punir le genre humain, le sépare en deux sexes, lui ôtant ainsi l’immortalité. Hécate se réfugie sur une île qui devient sa terre sacrée, au centre de laquelle elle génère un brouillard mystérieux afin de dissimuler sa présence et ses secrets aux adeptes de Némésis. Elle laisse des écrits relatant son savoir sous des apparences énigmatiques, écrits qui seront rassemblés par sa fille dans un ouvrage appelé Livre de la Connaissance.

« C’est là où à raison est la plus petite que l’orgueil est le plus grand »

 

Les souverains de cette île sont les descendants mythiques d’Hécate. Les deux sexes y sont égaux en droits et les Mystères d’Hécate y tiennent lieu de religion officielle, jusqu’à ce que la reine Yeleen la blonde fasse allégeance au trône d’Atlantide.

 

La guerre des Amazones

En Atlantide même, sous le règne de l’impératrice Antinéa, les mœurs se relâchent et le parti aristocratique des Amazones, très attaché à la forme la plus austère de la religion de Némésis, tente de prendre le pouvoir. Antinéa meurt dans des circonstances obscures et sa jeune fille Taïs lui succède, sous la régence d’Edwige dite l’empoisonneuse, la plus puissante des Amazones.

Cependant, Taïs parvient à accuser les Amazones de haute trahison et proscrit. Celles-ci profitent de la sédition de princesses étrangères pour fonder une armée puissante depuis la cité de Cachemire. C’est ainsi que commence la guerre des Amazones, qui durera dix ans.

Taïs en sort victorieuse, grâce au soutien de l’île Hécate et de sa reine, Yeleen la blonde, convertie au culte de Némésis. L’ensemble des régions du monde connu, soumis, devient partie intégrante de l’empire de Taramanda, à l’exception de l’île Hécate qui conserve son statut d’avant-guerre. Yeleen la blonde donne en mariage à Taïs son fils, Nivan, élevé dans la religion de Némésis mais selon les traditions de l’île Hécate. Il est donc le premier membre masculin de la famille impériale d’Atlantide qui soit lettré et cultivé.

Fin de l’Atlantide

À Taïs succédera sa fille aînée Madvi, puis sa cadette Malika sous la régence d’Isidore, puis enfin le fils de Taïs et Nivan : Maxime d’Atlantide, premier souverain masculin de l’empire de Taramanda, les lois ayant évolué sous l’influence de la nouvelle reine d’Hécate, Victoria, nièce de Yeleen la blonde.

Celle-ci rétablit dans son royaume la religion de ses ancêtres et se déclare grande prêtresse d’Hécate. Elle gagne l’indépendance de l’île face à l’empire de Taramanda, quelque temps avant que l’Atlantide ne disparaisse sous les flots.

C’est suite à cette catastrophe que les Amazones reprennent le pouvoir sur le continent, Cachemire devenant la nouvelle capitale de Taramanda.

Le règne des Amazones

Une guerre civile s’ensuit entre les partisans des Amazones et ceux des derniers enfants de Taïs, Malika et Matthias. Edwige l’empoisonneuse, reine des Amazones, et sa fille Inga, nouvelle impératrice de Taramanda, parviendront à stabiliser leur pouvoir durant deux décennies, rétablissant les traditions les plus réactionnaires du culte de Némésis, jusqu’à ce que le peuple se rebelle contre leur tyrannie, se saisissant de l’Atlantide disparue comme le symbole d’une civilisation malheureusement perdue…

 

%d blogueurs aiment cette page :